10 points clés pour sur-réagir de façon productive

10 points clés pour sur-réagir de façon productive

Dix points pour mieux faire la différence entre sur-réagir à une situation et se contenter d’y répondre. Pour apprendre aussi comment mettre cette idée à profit et évoluer plus rapidement.

1. À chaque fois que vous êtes face à une situation nouvelle, dîtes-vous que vous avez l’occasion de faire un apprentissage intéressant.

La plupart du temps, quand nous sommes surpris par une situation nouvelle, nous réagissons par défaut en mode automatique (y compris au niveau 2, dans notre façon de réagir à notre réaction).

Mais que se passerait-il si, quand quelque chose se produit – que ce soit positif ou négatif – vous en profitiez pour faire un changement significatif?

L’idée c’est d’être suffisamment dans le présent pour saisir la balle au bond et faire quelque chose qui montre que vous avez bien compris le message.

Il est difficile d’expliquer cela rationnellement. On peut se dire quand même que la plupart des choses importantes ne passent de toute façon pas par la partie rationnelle de notre esprit.

2. Quelles que soient les circonstances, arrangez-vous toujours pour avoir au moins cinq options possibles.

La plupart d’entre nous fonctionnent en mode par défaut ou se satisfont de deux ou trois options face à une situation difficile. Je vous conseille d’en avoir au moins cinq. Il vous faudra faire preuve de créativité et ne pas vous laisser piéger par vos croyances limitantes, du genre: « Oh non! Je ne peux pas faire ça. Cela ne me ressemble pas. »

3. N’utilisez pas seulement votre mental pour décider, utilisez aussi votre corps.

Plutôt que choisir uniquement avec votre mental, fiez-vous aussi à vos sensations. Vous avez plus de cellules dans votre corps que vous n’en avez dans votre cerveau. Elles en savent autant sur vous qu’il n’en sait. Faîtes confiance à votre instinct.

4. Soyez curieux de comprendre ce qui se passe derrière vos réactions émotionnelles.

La dernière fois que vous étiez dans une réaction émotionnelle, vous êtes-vous demandé: « Pourquoi est-ce que je me mets dans cet état?  » Si cela n’a pas été le cas, vous auriez sans doute gagné à le faire. Mais la plupart d’entre nous sommes si occupés à réagir et à nous justifier que nous allons rarement voir derrière pour comprendre ce qui se passe.
Les êtres humains fonctionnent beaucoup en mode réactif, c’est un fait. Alors, plutôt que lutter contre nos réactions automatiques, pourquoi ne pas les utiliser comme moyen de mieux se connaître ? Nos réactions sont sous-tendues par de bonnes raisons. Découvrons-les.

5. Faîtes de la sur-réaction une stratégie personnelle.

Mettez votre créativité au service de votre capacité à sur-réagir. Je me demande souvent : « Quelles sont les opportunités présentes dans dette situation ?  » Vous avez là une stratégie de succès efficace. Ne vous contentez pas seulement de trouver l’idée intéressante. Mettez-là en pratique et vous verrez qu’elle vous réussira.

6. Ne passez pas votre temps avec des gens qui sont seulement réactifs, au sens négatif du terme, c’est à dire qui ont des réactions presse-bouton. Pas plus d’ailleurs qu’avec ceux qui sont passifs et ne réagissent pas du tout.

Si l’idée de sur-réaction vous intéresse, si vous voyez là un bon moyen d’apprendre et d’avancer, alors recherchez la compagnie de personnes engagées dans le même cheminement.
Vous aurez probablement besoin de leur support jusqu’à ce que cette idée devienne une réalité et une habitude pour vous. Développez un environnement qui soutient votre évolution.

7. Traitez chaque problème de façon à ce qu’il ne revienne plus jamais.

Si vous voulez muscler votre capacité à sur-réagir, identifiez un problème de votre vie et faites de la recherche d’options. Trouvez dix moyens de le résoudre définitivement.

C’est l’un des bénéfices de la sur-réaction: vous pouvez l’utiliser pour trouver des solutions durables aux problème que vous rencontrez.

L’objectif ultime bien sûr, est de ne plus avoir de problèmes à résoudre. A prendre au moins comme un idéal vers lequel tendre.

La capacité à sur-réagir peut être une façon d’y parvenir.

8. Soyez créatif.

Lorsque vous sur-réagissez à un événement, autrement dit lorsque vous voulez découvrir et utiliser le potentiel que contient cette situation, vous allez certainement commencer par tout ce qui semble évident à première vue. Et c’est une bonne idée.

Mais ne vous en tenez pas là. Sortez de vos schémas habituels. Allez chercher ailleurs: «Et si l’opportunité n’était pas là? Et si elle était complètement ailleurs, ou pourrait-elle bien être?». En règle générale, c’est ce qui pointe vers votre façon de vivre et de fonctionner qui s’avère le plus fructueux.

9. Ne vous contentez pas de vous améliorer. Évoluez.

Quelle est la différence ? Quand vous vous améliorez, vous faites la même chose en mieux. Quand vous évoluez, vous changez de façon profonde et permanente une partie de vous-même.

S’améliorer, c’est bien. Evoluer, c’est encore mieux. Gérer une situation est un exemple d’amélioration. Sur-réagir est un exemple d’évolution. Il s’agit en fait d’une question de niveau de changement.

La prochaine fois que vous vous trouverez dans une situation qui requiert un changement ou une amélioration, mettez la barre plus haut et demandez-vous comment vous pourriez utiliser cette situation pour évoluer.

Ne clonez pas, mutez!

10. Sur-réagissez tout de suite, pas plus tard.

C’est la partie la plus subtile de ce principe. Il vous faut sur-réagir dans l’instant et non pas remettre à plus tard. Le «tiens, ça a l’air intéressant, il faudrait que j’y réfléchisse plus tard» ne marche pas.

DO it now!

Je ne suggère pas que vous vous précipitiez ou que vous agissiez sans réfléchir, mais que vous exerciez votre capacité à sur-réagir rapidement. Expérimentez de manière innovante en court-circuitant vos processus habituels de prise de décision et voyez ce que ça donne. À la longue, vous en ferez une seconde nature.

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!